20 novembre 1910, le jour où Léon Tolstoï est mort

A la question « Quels sont pour vous les trois plus grands romans jamais écrits ? » Le célèbre écrivain de Le bruit et la fureur, William Faulkner répond sans hésiter, « Anna Karénine ! Anna Karénine ! Anna Karénine ! » Témoignant ainsi de la grande ampleur qu’a pu atteindre l’écriture du géant russe, Léon Tolstoï.

Né en Russie le 9 septembre 1828 d’une famille de la grande aristocratie russe, Tolstoï n’a connu durant sa jeunesse que la campagne où il est né. Son  déménagement avec sa famille à Moscou lui a valu l’inscription à la faculté des langues orientales de l’Université de Kazan qu’il a quittée par la suite et subir, comme d’ailleurs plusieurs écrivains, le sort de l’errance.  Tolstoï est décédé le 20 novembre 1910.

Chez Tolstoi, les livres minces, comme dirait George Steiner, ne s’écrivent pas, ils ne peuvent en aucun contenir la complexité et le sens à rechercher de la vie. Il a, à côté de Dostoïevski, défini les limites de la forme romanesque en lui donnant cette immense charge esthétique portant en elle les grandes interrogations philosophiques qui hantent l’humain depuis la nuit des temps.

A travers Anna Karénine et Guerre et Paix, Tolstoï a entièrement couvert la notion de roman-univers, qui a tendance à comporter le social d’une Russie sous le règne du Tsar durant le XIXème siècle.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *