23 novembre 1979, le jour où André Malraux est mort

Certains l’appellent le « farfelu », terme dont il désignait la personne qu’il était  durant sa jeunesse. Essentiellement autodidacte, initié et aiguisé aux  épreuves de la vie, André Malraux est l’une des rares figures intellectuelles à avoir gravi les échelons de l’influence et devenir enfin le célèbre écrivain, l’homme politique français et le gardien de la mémoire culturelle et artistique de son pays.

André Malraux a grandi, comme dirait Sartre, « parmi les mots », éditeur, grand lecteur et par la suite digne d’un Nobel de littérature. L’auteur de La condition humaine, a défendu pendant toute sa vie les diversités culturelles et leur importance dans l’instauration de la fraternité entre les humains. « Une culture n’est pas seulement un ensemble de connaissances, mais aussi un héritage particulier de la noblesse du monde », répétait-il lors de ses conférences.

Ce célèbre ennemi du fascisme et des idéologies de la haine avait pour arme de combat l’art et la culture : des expositions, des salons de livres et des conférences.

Né le 03 novembre 1901, Malraux a laissé derrière lui un grand nombre d’œuvres littéraires, dont la majorité d’entre elles empruntent à son amour pour l’humanité et ses diversités, ainsi qu’à son engagement contre toute forme de colonialisme. Il est mort le 23 novembre 1979

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *