« La langue arabe est une fenêtre sur le monde » (Jack Lang, écrivain, Président de l’IMA)

Actualité Lire/Relire

Au cœur des débats houleux concernant la place de la langue arabe en France et le rôle qu’elle joue dans « la marchandisation » de l’islamisme pour certains, Jack Lang, ancien ministre de la Culture, de l’Éducation nationale et actuellement Président de l’Institut du monde arabe (IMA), voit en cette langue une richesse incontournable qu’il faut enseigner et promouvoir. « Elle n’est pas l’apanage des hommes de religion, pas plus qu’elle n’est l’exclusive des Français d’origine arabe. Elle appartient à tous les citoyens, à toutes les générations avides de la découvrir ou de la redécouvrir, » affirme-t-il dans son livre récemment publié La langue arabe, trésor de France.

Pour cet intellectuel engagé, outre le fait que la langue arabe fait partie du patrimoine culturel occidental, elle a été à l’origine de « la redécouverte de grands textes de la philosophie grecque » et a permis « un apport intellectuel exceptionnel à la médecine, à la philosophie et à l’algèbre, pour ne citer que ces disciplines ». Sans s’attarder sur une démarche « louangeuse », Jack Lang rappelle « le rang de discipline institutionnalisée » dont jouissait l’arabe à l’ère de François 1er, tout en opposant cette idée à la mise en quarantaine, la stigmatisation et l’échec que l’on associe aujourd’hui à cette langue.

Par ailleurs, dans une interview qu’il a accordée au Journal du Centre autour de son livre, Jack Lang s’est expliqué sur plusieurs points concernant son combat pour la reconnaissance de la langue arabe en France. « Je me bats depuis toujours sur trois fronts. Ma première ‘‘croisade’’, c’est en faveur de la langue française, la colonne vertébrale de notre système éducatif que nous devons chérir. Je défends aussi le plurilinguisme, si cher à notre président de la République. C’est anormal que notre système soit à ce point dominé par l’anglais. Ce n’est pas l’anglais qui est en cause mais le monolinguisme. Dans cet esprit, j’aborde la langue arabe, » souligne-t-il. Sans mâcher ses mots, Jack Lang loue la beauté de la langue arabe et invite à la découvrir. «La langue arabe est universelle, belle, très pratiquée dans le monde. De plus, notre pays, à travers l’histoire, est lié plus qu’aucun autre avec l’Orient, au monde arabe. C’est emblématique, » indique-t-il avant de poursuivre : « C’est une ouverture, une fenêtre sur le monde. Historiquement, c’est une passerelle, un pont vers d’autres univers. C’est grâce à l’arabe que l’on a pu accéder aux textes grecs sur la philosophie, les mathématiques, l’astronomie… sans oublier Les Mille et une nuits ! C’est Antoine Galland, professeur au Collège de France, qui l’a traduit et y a même ajouté des personnages. Ce qui me réjouit, c’est que les universités ou les grandes écoles ont de nombreux étudiants, de toute origine, qui demandent à apprendre l’arabe. »

Sur un autre volet, Jack langue considère qu’il ne faut pas abandonner l’enseignement de l’arabe aux seuls musulmans ou extrémistes. Il estime que son enseignement en France la libérera des clichés réducteurs et des fausses images qui lui sont collées et qui la lie systématiquement à l’islamisme.  « Un arabe mal enseigné, ligué à la religion et, pire encore, à des mouvements extrémistes, est dangereux. La logique pour lutter contre le séparatisme, c’est donc la puissance publique qui assure cette mission éducative. C’est tellement évident que je me demande pourquoi cela ne bénéficie pas d’une adhésion complète. Les marchands de peur manipulent en permanence l’opinion et racontent des salades,» affirme-t-il. Selon Jack Lang, l’arabe n’est pas exclusivement liée à l’islamisme. Bien au contraire, il véhicule une culture, une civilisation, qui vont bien au delà de l’islam. « Cette langue est, certes, celle du Coran, mais on oublie qu’elle a été parlée par les Arabes chrétiens, des Juifs mais aussi des incroyants. Les premières impressions en langue arabe ont été réalisées par des imprimeries chrétiennes, en Orient, » écrit-il dans ce sens.

La langue arabe, trésor de France est un livre qui détourne tous les discours de haine contre l’arabe, au sens global du terme, et répond audacieusement aux vigiles du conspirationnisme anti-arabe : « Il y a des combats à mener contre l’air du temps. Des combats pour rétablir des vérités, à rebours des manipulations idéologiques, démagogiques et populistes, » affirme Jack Lang.

Jack Lang, La langue arabe, trésor de France, Paris, Le cherche midi, 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *