« La science-fiction est un genre que j’affectionne beaucoup » (Ahmed Gasmia écrivain)

Ahmed Gasmia, romancier et journaliste, a affirmé dans un entretien avec Le Soir d’Algérie que le genre de récits qu’il affectionne le plus c’est bien la science-fiction. Cette dernière a fait l’objet de son dernier roman Les peuples du ciel où, dit-il « il y a, d’un côté, des gens qui vivent dans une station spatiale très sophistiquée et, d’un autre, des tribus primitives guerroyant à cheval. Et tout le roman parle, en fait, de l’histoire de l’humanité même si les choses se déroulent dans un futur lointain. »

Sortant du lot par une « algérianisation » des noms des personnages dans un roman de science-fiction, Ahmed Gasmia a expliqué que « L’objectif premier était d’avoir un personnage principal au nom familier pour le lecteur algérien dans ce récit qui se déroule, en partie, dans une station spatiale internationale. Certains noms sonnent même quelque peu étranges car j’ai pris en considération les changements susceptibles de survenir en matière de patronyme dans un peu plus de trois siècles. »

Abordant l’adaptation des œuvres en littéraires en films en Algérie, comme le suggère la tradition cinématographique occidentale, l’écrivain de Les peuples du ciel a expliqué qu’il s’agit d’une tâche difficile vu l’absence des moyens. « Et faire un bon film à partir d’un roman peut impliquer des moyens que nos réalisateurs et nos producteurs n’ont pas. Mais plus généralement, je pense que ce lien entre le livre et le cinéma est une véritable tradition qui n’a pas encore fait pleinement son entrée chez nous. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *