Les éditions Barzakh et Anep lancent leurs braderies de livres

Des ventes promotionnelles et des collectes de dons de livres ont été lancées cette semaine par des éditeurs et libraires afin de parer à l’annulation du Salon international du livre d’Alger (Sila) et soutenir le secteur du livre, a indiqué l’APS.

En effet, les éditions Barzakh ont lancé samedi une braderie de leurs publications avec le concours de plusieurs librairies à Alger, Oran, Blida, Tizi Ouzou, Mascara et Constantine. Une opération qui a également impliqué les associations oranaises Bel horizon et Le petit lecteur et qui se poursuit jusqu’au 31 octobre. Selon Selma Hellal, co-directrice des éditions Barzakh, « l’idée de départ c’était quand même de proposer nos invendus, des ouvrages qui se vendent mal alors qu’ils ont l’avantage de mieux s’écouler. Alors on les propose à des prix extrêmement intéressants ». « En proposant un prix attrayant, le lecteur sera certainement dissuadé et fera l’effort d’acheter. J’espère vraiment que lecteur attentif comprendra qu’il y a des titres qui ne sont pas disponibles », a-t-elle souligné.

Les éditions Anep de l’Entreprise nationale de communication, d’édition et de publicité ont  également annoncé des ventes promotionnelles sur leurs publications pour le mois de novembre. L’opération se tient uniquement à la librairie Chaib-Dzair à Alger et concerne les livres d’histoire et les beaux-livres publiés par l’éditeur.

Des éditeurs et certains auteurs, ayant publié à leurs comptes, proposent également des ventes en ligne avec livraison à domicile de leurs ouvrages par les services postaux ou par le biais de plateformes de vente. D’autres initiatives citoyennes autour du livre sont également en cours à travers les clubs de lecture et associations qui organisent des événements autour du livre et de la lecture en plus de nombreuses collectes de dons de livres, a fait savoir l’APS.

Prévu à la fin du mois d’octobre, le  25ème  SILA devait se tenir en version virtuelle devant « l’impossibilité d’organiser cet événement qui draine plus d’un million de visiteurs par an en cette période exceptionnelle de pandémie », annonçait au mois d’août le ministère de la Culture et des Arts évoquant également l’adoption de « mesures particulières pour préserver et dynamiser l’industrie du livre en cette période d’exception ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *