Les éditions Koukou rééditent « La Face cachée de Mammeri » de Tassadit Yacine

A l’occasion du 32e anniversaire de la disparition de l’écrivain algérien Mouloud Mammeri, les éditions Koukou rééditent l’ouvrage La Face cachée de Mammeri de l’universitaire algérienne Tassadit Yacine, a-t-on appris de l’éditeur.

En effet, l’ouvrage dévoile un côté méconnu de Mouloud Mammeri concernant son engagement pour la cause algérienne, ses positions politiques et son combat pour une Algérie libre, notamment à travers ses pamphlets contre la colonisation française publiés dans le journal des Libéraux. Le livre « est né à partir de discussions avec Hafid Adnani qui travaille sur les élites algériennes en période coloniale, dans le sillage de mon livre Chacal ou la ruse des dominés (éditions Casbah) et qui constatait – en le regrettant – que des publications importantes existaient et qu’elles n’étaient pas connues du grand public et surtout des Algériens à qui ce travail est destiné en premier lieu, » a déclaré Tassadit Yacine.

Rappelant qu’une grande partie d’archives appartenant à Mouloud Mammeri ont été pillés, Tassadit Yacine a pointé du doigt le manque d’éthique et de méthode dans la recherche universitaire en Algérie. « Toute la partie sur Mouloud Mammeri dans la guerre a par exemple été reprise avec le titre donné par Awal sans jamais que l’on cite les sources. Les deux lettres à l’ONU m’ont été remises personnellement par un militant du FLN, d’ailleurs il n’y en a pas que deux. Je dirais autant des articles ou éditoriaux du journal des libéraux Espoir Algérie, dont peu de personnes savent ce qu’il en est réellement. Tout ça méritait (et mérite encore) d’être repris et replacé dans son contexte », a-t-elle souligné.

La Face cachée de Mouloud Mammeri de Tassadit Yacine revient, comme son titre l’indique, sur plusieurs autres faits en relation avec son combat aux côtés des membres du FLN. A noter que Mouloud Mammeri a déjà prédit vers les dernières années de la guerre de Libération nationale que le combat pour l’indépendance était en train de perdre de sa réflexion. Son érudition et ses connaissances des tréfonds des cultures, lui ont permis, dans un contexte de guerre, de tracer les lignes d’un combat postindépendance ayant pour objectif de rendre « l’identité pillée » par le colonialisme aux Algériens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *