« Mon métier d’artiste est plus important que le poste de Président de la République » (Abdelkader Djeriou, comédien et metteur en scène)

Abdelkader Djeriou dément avoir accepté un quelconque poste au niveau du ministère de la culture et affirme, contrairement aux rumeurs qui commencent déjà à enflammer les réseaux sociaux, qu’il tient fermement à sa liberté d’artiste et son autonomie dans ce qu’il fait. « Je suis un homme libre. Je travaille dans le théâtre et le cinéma depuis 2005 et je ne compte pas changer de métier. Mon métier d’artiste est plus important à mes yeux que le poste de président de la république, » a-t-il déclaré par téléphone à Algérie Cultures.

Lire aussi: La ministre de la culture lance un chantier de réforme du théâtre

En, effet, cité par un communiqué du ministère de la culture et des arts comme étant impliqué dans un chantier de réforme du théâtre sous la conduite de l’écrivain et dramaturge et néanmoins conseiller de la ministre de la culture, H’mida Ayachi, il précise que le chantier en question n’est rien d’autre qu’une « cellule de réflexion ». « Ayant fait mon doctorat sur le théâtre et travaillant dans ce secteur depuis 2005, j’ai été sollicité par H’mida Ayachi pour contribuer bénévolement avec une réflexion sur la situation du théâtre en Algérie et les moyens de le développer. À titre amicale, et pour le bien du théâtre, j’ai donné mon accord. Il ne s’agit ni d’un poste, ni d’une promotion. C’est une contribution bénévole à une cellule de réflexion. En tant qu’intellectuel indépendant, militant et prolétaire de la culture, je le fais pour le bien du théâtre algérien parce qu’il est nécessaire de le développer.  Il est hors de question pour moi d’accepter un quelconque poste. On m’a déjà proposé des postes mais cela ne m’intéresse pas. J’aime ce que je fais, » a-t-il assuré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *