Lazhari Labter, Amar Bourouis et Fatima Bel Hadj dans la commission de lecture du Fdatic

Les nouveaux membres de la commission de lecture du Fonds de développement de l’art, de la technique et de l’industrie cinématographique (Fdatic), ont été installés lundi à Alger en présence du Secrétaire d’État chargé de l’Industrie cinématographique, Youcef Sehairi, indique l’APS.

Lire aussi: « Il est impossible de redynamiser le cinéma sans les libertés »( Karim Moussaoui, réalisateur)

Présidée par le producteur et réalisateur Mohamed Abdelfadil Hazourli, la commission, composée de neuf nouveaux membres, a pour mission de lire et de valider des projets de scénario déposés au niveau du Fdatic, un fonds public d’aide à la production cinématographique. Outre le président, l’actrice Fatima Bel Hadj, le journaliste et critique d’art dramatique Mohamed Kali, le poète et journaliste Lazhari Labter, Amar Bourouis, journaliste et ancien cadre à la Télévision algérienne et le comédien et formateur en écriture dramaturgique, Smail Soufit comptent parmi les membres de la nouvelle commission. Ces membres sont nommés pour un mandat de deux ans. M. Hazourli, président de la commission, a souligne que tous les textes présentés à la commission seront « traités dans la transparence ».

Lire aussi: Le cinéma algérien : petite histoire d’un grand échec

Pour rappel, crée en 1967 et modifié par différents textes entre 1991 et 2013, le Fdatic propose une aide au financement de la production, de la coproduction et de la postproduction de films. Ces subventions sont allouées sur la base d’un dossier soumis par les producteurs aux commissions d’aide à la production.

Lire aussi: « L’industrie cinématographique algérienne est un mythe » (Bachir Derrais, réalisateur)

Une commentaire sur “Lazhari Labter, Amar Bourouis et Fatima Bel Hadj dans la commission de lecture du Fdatic

  1. Il est incompréhensible et lamentable que, dans une période charnière « vers une deuxième République, démocratique » (nous dit-on), l’on désigne dans une « Commission de lecture chargée de lire les scénarii déposés par les postulants » des hommes (un homme au moins) qui ont soutenu avec force (par leurs articles en 1989 dans Révolution Africaine par exemple) des régimes autoritaires, sanguinaires, en l’occurrence Nicolae Ceausescu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *