Le film « Abou Leila » de Amine Sidi Boumediene primé à Barcelone

Le long métrage de fiction algérien Abou Leila du réalisateur Amine Sidi Boumediene a reçu vendredi le Prix de la critique de l’édition 2020 du Festival du film de Barcelone « D’A » qui prends fin aujourd’hui, ont annoncé les organisateurs sur le site Internet de l’événement.

Ce festival s’est déroulé du 30 avril au 10 mai en version complètement numérique en adéquation avec les mesures préventives de lutte contre le coronavirus en vigueur en Espagne.

Coproduction, algéro-franco-qatarie de 140 mn, Abou Leïla revient sur les événements tragiques des années 1990, à travers l’histoire des jeunes Samir joué par Slimane Benouari et Lotfi campé par le talentueux Lyes Salem.  Nous somme en Algérie, 1994, année marqué par un pic de violence terroriste inouïe. S. et Lotfi, deux amis d’enfance, traversent le désert à la recherche d’Abou Leila, un dangereux terroriste. La poursuite semble absurde, le Sahara n’ayant pas encore été touché par la vague d’attentats. Mais S., dont la santé mentale est vacillante, est convaincu d’y trouver Abou Leila. Lotfi, lui, n’a qu’une idée en tête : éloigner S. de la capitale. Pourtant, c’est en s’enfonçant dans le désert qu’ils vont se confronter à leur propre violence.

Ce film, qui se veut à la fois un travail de mémoire sur la décennie noire, un thriller psychologique où les limites humaines sont mises à rude épreuve, est un moment fulgurant où la beauté du désert algérien côtoie, dans un contraste vertigineux, la terreur.

Programmé 72ème Festival de Cannes, en mai 2019, dans la section « Semaine de la critique », Abou Leila explore l’important impact sur la société de la violence et des traumatismes qui sont liés à cette période sanglante. Ce film, premier long métrage de Amine Sidi Boumediene après ses deux courts métrages, Demain Alger ? et El Djazira, a été projeté dans des festivals en Bosnie Herzégovine, en Tunisie, en Belgique, en Italien ou encore en Egypte.

L’acteur et réalisateur algérien Lyes Salem, qui a joué avec une originalité qui concentre tous les paradoxes du scénario, a décroché le Prix du meilleur acteur pour son rôle dans ce film lors des 30ème Journées cinématographiques de Carthage en Tunisie en 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *