Le verdict de Said Djabelkheir explosera-t-il la bulle numérique du Hirak ?

Il faut admettre qu’à son insu, Djabelkheir vient de lancer la compagne des législatives. Le boycott n’a toujours pas fait disparaitre la tenue du scrutin, et le bal des incongruités est officiellement ouvert. Je ne sais pas s’il durera cinq longues années ; mais ce qui est certain est que la menace de fracture est déjà là ! C’est le mois de la piété et du jeûne, le système tenait à présenter ses hommages marqués de dévotion et emprunts d’ardeur calotine à une population devenue bouffeuse de raison. La justice, quant à elle, n’en finit pas de déployer ses allégeances. Rien n’y’a fait : ni le vice de procédure avéré, ni l’incompétence de la cour en la matière. Au diable la probité et le respect des lois !

Le sort de Djabelkheir, et d’autres soldats de la libre parole n’émeut que le cercle restreint des militants engagés et de quelques esprits libres capables d’exprimer encore leur opinion. La plèbe n’en a cure. Ou bien invariablement caché derrière un pseudonyme et un écran. Le gargouillement des ventres  est plus fort que l’appel de l’émancipation ! Ils veulent de l’huile, un toit décent, du travail et si possible un vaccin ! Ils veulent des kilomètres d’étoffes vendus dans les souks  par les marchands d’Allah pour s’offrir une vertu. Ils veulent des linceuls pour leurs moitiés en attendant d’étreindre des « vraies femmes » dans l’au-delà. Les fantômes, c’est sur terre qu’ils errent et sur un tas de détritus !

Le peuple est loin des enjeux majeurs qui structurent les lendemains ! Ce soir et demain les preneurs d’otages de la raison  célèbreront leur mainmise et scelleront le pacte qui ne se dément pas. Le tout sous les yeux bigots et larmoyant d’émotions d’une partie de nos concitoyens.

On est en droit de se demander où sont les esprits éclairés quand se tiennent les procès ? Combien étaient-ils à attendre dehors le verdict, physiquement, concrètement ! Pas seulement du bout des doigts sur un clavier ! Aucun like ne saurait remplacer un soutien visible, palpable par les camps adverses et l’opinion !

Djabelkheir, est le nom de nos irrésolutions. Nous voulons changer le monde sans vexer papa et maman ! Nous voulons le progrès mais en  nourrissant des projections faites de folklore et de traditions. Nous voulons que tout change, mais sans nous remettre en question !

Et les « démocrates » dans tout cela ? Beaucoup sortent derrière les manifestants pour acter leur présence, mais ne portent aucun combat que l’espoir d’un départ volontaire du pouvoir. Ils attendent que les enfants du prolétariat pris dans la maladresse militante et l’improvisation, dessinent des chemins qui n’emmènent que vers les geôles de leurs illusions. Ils les récompensent de « lives » et de flyers pour martyrs au lieu d’une formation politique et d’encadrement. Toujours cruellement absents du terrain. Aurions-nous l’opposition la plus désorientée  du monde ? Incapables de voir un éléphant  au milieu de la pièce ? Ils brillent d’hésitations et de quelques compromissions. Des décisions caractérisées par des calculs incertains, des visées opportunistes et des  agendas dans l’agenda pour faire progresser d’autres intérêts.

Indéniablement, le Hirak a plus révélé nos failles que réalisé des avancés libertaires. Le bilan est certes mitigé, mais ne dispense pas de réflexions et d’élaboration de  nouvelles stratégies. Sans quoi ; le peuple n’aura joué que le rôle  opportun d’un arbitre entre régressions rivales.

Demain se tiendront d’autres procès. Soyons nombreux devant les tribunaux. Soyons sur place pour Said Djabelkheir qui représente l’avenir de la raison en Algérie, d’Amira Bouraoui, de Rabeh Kerrache et de tous les autres détenus d’opinion !

2 commentaires sur “Le verdict de Said Djabelkheir explosera-t-il la bulle numérique du Hirak ?

  1. Bonne analyse de la situation. A quand un engagement réel de l opposition, des démocrates, pour une Algérie libre et démocratique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *