Contre les traditions

Les siècles !  Fardeaux d’aïeux ! Des chaînes à mes frêles pages.  L’enfant qui se disputait avec ses pieds.  Je n’aime pas l’ordre et les ordres.  Même pas une petite cuillère : une pour papa, une autre pour maman, une autre pour mon bébé… !

D’après l’album de famille, j’ai fait la prison du Parti Unique, de la Sainte Direction, et des explications inutiles.  J’étais inapte au service religieux.  Motif : santé morale offensante.  Sujet con à miner.

Les délices de la jeunesse, de mes primes amourettes et des premières arêtes avalées, pour reprendre Brassens.  La liberté ne vaut pas l’aventure moderne.  L’humanité s’est repliée sur elle-même.  Modernité des désagréments : Religions contre religions, modes contre modes, blessures contre lames, feux contre bois, riches contre riches, saints contre saints.  Dès que j’ai reçu l’ordre de rejoindre le front, j’ai pris la fuite ! Me cachant là où l’humanité n’existe pas.

On jeûne pour des tables.  On prie pour des fables.  On se voile sous les arbres.  Une foutue cléricale administration qui vous octroie ses self-conduits.  Dicte des pléiades signées Dieu.  Enferme les vivants dans la boîte de l’au-delà.  Effraye les lèvres qui ne jurent que par les seins de leurs mères.

Les traditions plâtraient mes pieds.  On m’a jeté à la rivière à fort courant. Mes jambes dans l’étui des assassins, mes bras vers le ciel, suppliant l’éternel d’un bout de bois salvateur.  Terrible souffrance.  Ô !  Divine providence.  J’atterris sur la grève de l’humanité enchaînée.  Dans un pays épris des lieux saints.  Étranglé par les cabalistes de l’au-delà.  Diseurs de sornettes que le diable les emporte.

Tu parles d’un blase !  Je ne sais plus si je dois me réveiller ou rêver.  Manger ou étrangler ma panse.  Courir ou me laisser dépasser.  Aimer ou ne pas tomber.  Je suis envoûté par les portes fermées, les songes et les mensonges.

Je ne crois que ce que je suis devenu.  Preuve qui exclue les doutes.  Acquise dans vos enchères et votre fausse dévotion.  J’ai changé de mots, de peintres et de verbes.

J’écris sans aller loin, juste ce que ma main arrive à saisir.  Je ne comprends plus, juste ce que mes mots ont apprivoisé.  Je ne prie plus, juste ce qui reste de ma foi.  Que l’humanité crève, je n’en ai rien à branler.  Condamnée à errer dans ses excréments.  Elle sent de loin l’au-delà.

 

2 commentaires sur “Contre les traditions

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *